Déclaration pour suspendre les audiences d’autorisation d’un monticule de déchets radioactifs au bord de la rivière des Outaouais

le 16 février 2022

Nous nous opposons à la tenue d’audiences d’autorisation pour la construction d’une « installation de gestion des déchets près de la surface » (IGDPS)  à Chalk River, en Ontario, sur les terres algonquines Anishinaabeg non cédées le long de la rivière des Outaouais.

Récemment, le personnel de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) a recommandé l’approbation de ce dépotoir controversé pour un million de tonnes de déchets radioactifs et dangereux mixtes. La CCSN a prévu des audiences sur les permis demandés les 22 février et 31 mai 2022.

Nous appuyons la Première Nation de Kebaowek qui a demandé que les audiences soient suspendues jusqu’à ce qu’un cadre de consultation entre elle et la CCSN soit en place. Il s’agit d’une demande de longue date de la Première Nation de Kebaowek, et elle demeure en suspens. La réconciliation et un dialogue significatif doivent être le point de départ de toute décision gouvernementale affectant les terres et les droits autochtones.

Le Comité parlementaire permanent de l’environnement et du développement durable vient d’entreprendre un « examen complet de la gouvernance des déchets radioactifs au Canada et de ses impacts sur l’environnement ». Une vérification sur la gestion des déchets radioactifs est actuellement en cours par le vérificateur général du Canada. Nous exigeons que les deux processus soient terminés avant toute audience d’autorisation pour les installations de gestion des déchets radioactifs.

L’Assemblée des Premières Nations et plus de 140 municipalités en aval, dont la Ville de Gatineau et le Conseil municipal de Montréal, ont adopté des résolutions s’opposant au plan de l’IGDPS.

Des citoyens et des groupes environnementaux ont relevé de graves lacunes et omissions dans le rapport d’évaluation environnementale (EE) de la CCSN. Quand l’installation aura des fuites et commencera à se décomposer, les déchets radioactifs et autres contamineront les eaux souterraines, les terres humides et la rivière des Outaouais, la source d’eau potable de millions de personnes, de la capitale nationale et de la communauté métropolitaine de Montréal.

Le rapport d’EE ne tient pas compte d’autres emplacements ou types d’installations qui protégeraient mieux l’environnement. Le site choisi a une nappe phréatique élevée et un risque d’inondation et est également sujet aux tremblements de terre.

Le rapport néglige les risques pour les travailleurs qui manipuleront des sources de cobalt 60 dans la décharge. De plus, il néglige la pollution par le plomb et par d’autres déchets industriels dangereux qui se déverseraient dans la rivière des Outaouais.

L’installation est proposée par les Laboratoires Nucléaires Canadiens (LNC), exploités par un consortium de SNC-Lavalin et de sociétés multinationales. Ils dirigent les Laboratoires nucléaires du Canada en vertu d’un contrat signé par le gouvernement fédéral Harper en 2015.

En 2021, la Ville d’Ottawa a adopté une résolution exhortant la CCSN et les LNC à cesser de transporter des déchets radioactifs provenant d’autres provinces vers Chalk River, à renforcer les mesures de protection pour la rivière des Outaouais pendant les activités de démolition du site et de transfert des déchets, et à empêcher les précipitations de pénétrer dans l’IGDPS. La ville a également demandé une évaluation régionale des projets de déchets radioactifs dans la vallée de l’Outaouais en vertu de la Loi sur l’évaluation d’impact, mais la demande a été rejetée par le ministre fédéral de l’Environnement et du Changement climatique.

Pour toutes ces raisons, nous demandons au gouvernement du Canada de mettre fin aux audiences pour l’autorisation de licence pour le projet de l’IGDPS et de mettre sur pied un organisme indépendant pour aborder le problème des déchets radioactifs du Canada d’une manière qui soit socialement acceptable et qui ne compromette pas la sécurité des générations futures.

SIGNERS/SIGNATAIRES

Elected representatives

Laurel Collins, MP, Critic for the Environment and Climate Change, New Democratic Party

Elizabeth May, Chef parlementaire du Parti vert du Canada

Monique Pauzé, Députée et porte-parole de l’environnement pour le Bloc Québécois

Theresa Kavanagh, Ottawa City Councillor

Catherine McKenney, Ottawa City Councillor

National organizations

Canadian Association of Physicians for the Environment     

Canadian Coalition for Nuclear Responsibility

Friends of the Earth

National Council of Women of Canada

Nuclear Waste Watch

Prevent Cancer Now

Organizations based in Ontario

Concerned Citizens of Renfrew County and Area 

Council of Canadians – Kitchissippi-Ottawa Valley Chapter

Council of Canadians – Ottawa Chapter

Greenspace Alliance of Canada’s Capital        

Integral North

Northwatch

Ontario Clean Air Alliance

Petawawa Point Cottagers’ Association

Pontiac Environment Protection

United Church Water Care Allies

Watershed Sentinel Educational Society

Westboro Beach Community Association         

Organizations based in Québec/N.B.

Action Climat Outaouais 

Action Environnement Basses-Laurentides

AmiEs de la Terre – Québec

Artistes pour la Paix

Association Canadienne des Médecins pour l’Environnement

Association québécoise des médecins pour l’environnement

Association Québécoise de Lutte contre la Pollution Atmosphérique 

Coalition for Responsible Energy Development in New Brunswick

Coalition Verte/Green Coalition

Collectif Femmes pour le climat

Comité de santé, sécurité et environnement d’Unifor Québec

Eau Secours

Extinction Rebellion Québec 

Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)

Fondation Rivières

Front commun pour la transition énergétique

Lucie Sauvé, professeure émérite, UQAM

Laurence Brière, professeure, UQAM

Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec

Old Fort William Cottagers’ Association

Oxygène Laval en amont

Ralliement contre la pollution radioactive

Regroupement des citoyens de Saraguay

Regroupement pour la surveillance du nucléaire

Regroupement vigilance hydrocarbures Québec

Réseau québécois des groupes écologistes

Santé Cannabis

Sauvons la falaise

Sierra Club – chapitre Québec

Société pour vaincre la pollution

Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) – Québec

TerraVie

Vigilance OGM

2 thoughts on “Déclaration pour suspendre les audiences d’autorisation d’un monticule de déchets radioactifs au bord de la rivière des Outaouais

Leave a Reply to Des députées et des groupes s’opposent aux audiences pour autoriser la première décharge permanente de déchets radioactifs au Canada – Concerned Citizens of Renfrew County and Area Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s